Ostaria - RPG Politique

Micronation
 
VOTEZ POUR OSTARIA !!

top best forums
Derniers sujets
Les posteurs les plus actifs du mois
Jérôme Plassel
 
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe

Partagez | 
 

 Résidence de Marc-Émile Frontin

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc-Emile Frontin

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 04/11/2017
Age : 45

Feuille de personnage
Carte d'identité & Passeport - Fin de Validité :
Carte Diplomatique - Fin de Validité :
Carte Visa Touriste - Fin de Validité :

MessageSujet: Résidence de Marc-Émile Frontin   Lun 3 Sep - 11:55

Marc-Émile Sextius Frontin, Comte de la Tour d’Épines et Chevalier de Haute-Bellegarde, n'avait pas l'esprit idéal du pamphlétaire pour signifier tout le mépris qu'il éprouvait désormais pour l'Empereur Édouard VII, il se contentait simplement de le vouer aux gémonies. Mais tout cela était derrière lui désormais, car il avait traversé la frontière avec femme enfants et domesticité pour désormais chercher asile à Ostaria, pays qu'il avait dernièrement envahie.

La carrière de Frontin dans le domaine martial avait débuté au sein des armées de Castelmaure, celle du fameux Prince de Chandernagor, à la réputation d'original (il décapitait un domestique pour un oui ou un non), voir sulfureuse. On lui prêtait allègrement des pratiques largement réprouvé par l’Église, qu'elle fut syiste ou zorthodoxe. Mais ceci était le cadet des soucis de Marc-Émile, septième d'une fratrie engendré par un chevalier d'Empire, qui de par sa position de benjamin n'avait pas hérité de la meilleur des situations. Il y avait fort heureusement les guerres, les jacqueries, les intrigues de cour pour l'aider à améliorer sa situation. Au bon endroit au bon moment, confidences de beuverie ou de coucherie, une petite bourse par-ci, une dague ou une bastonnade par-là. Quand ce fut l'heure de partie à la guerre au Skotinos, notre jeune castelmorois était en bonne posture pour obtenir un brevet de lieutenant. Brevet qui au passage fut baptisé dans le sang, le feu et par l'acier et la poudre. Un petit acte héroïque envers un officier noble lui valut l'ennoblissement et l'obtention d'un lopin de terre bâti autour d'une motte castrale séculaire au sommet duquel trônait d'une vieille tour en ruine recouverte de ronces et épines. Il n'y avait rien à tirer de cette terre, mais son titre et son grade d'officier compensait largement ce défaut.

Le siège et la prise d'Yrusalem au saint des armées croisés de Guysenval lui valurent la consécration. A la tête d'une brigade d'infanterie il captura un parc d'artillerie turcose, retournant prestement les canons capturé vers l'adversaire.

Ensuite les années passèrent, s'installa une routine pour le général, tantôt dans les colonies, tantôt en Argentorate, tantôt sur le continent à la cour. Mais la guerre le rattrapa avec le premier effondrement soudain et l'invasion halawite, l'activité de guérilla entreprise par le général Frontin de la Tour d’Épines ne manqua jamais de faire souffrir l'occupant, qui s'y frotte ne manque jamais de le regretter. Mais il fallut attendre nombre d'années avant enfin de voir le bout du tunnel. Promu à la tête des forces impériales en Guysenval, le maréchal Frontin menait une vie tranquille. Son action le faisait pressentir à la Grandesse d'Avaricum, statut dans la noblesse hautement recherché et détenu par une petite poignée seulement des plus grand nobles avarois. Sympathisant yssophile, admiratif de la machine de guerre édoranaise, le comte était aussi grand amateur dans le domaine des sciences, aqueducs et autre ouvrages utiles du même genre l'intéressait au plus haut point.

Mais les dernières années s'écoulèrent dans un climat délétère. Il fut en première ligne lors de la guerre civile en Ostaria et du faire face aux troupes yssoise que les royalistes du crû souhaitaient voir mort, et il n'aimait guère de devoir fricoter également avec les rouges, alliés de circonstance en tout point improbable et nullement agréable, leur fanatisme en leur idéaux politiques frôlait l'hérésie. Au point qu'à son retour au pays il remercia dieu par de grand ex-voto, lui qui ne fut jamais assidu pour les affaires spirituelles. Et puis il y a eu cette mystérieuse épidémie l'année d'après qui frappa la plèbe. Frontin ne sut jamais comment cela s'était produit mais quand les accusations porté aux yssois furent émis, il sut tout de suite que ses positions lui coûteraient cher. Il fut envoyé en Gallice en exil, ou il vivait misérablement sous la coupe réglé des inquisiteurs syistes. La-bas, il organisa son exil définitif. L'Empereur était aux mains de courtisans zollernophiles et déjà le pays sombrait. Le moment idéal pour « emprunter » une frégate et faire route vers Ostaria.

Au pays qui l'accueillait il dut expliquer aux autorités républicaines qu'il n'était pas là en ennemie, la guerre civile étant passé depuis belle lurette et on fit rapidement le lien entre lui et son action passé avec les royalistes. Quelques heures d’interrogatoire finirent de convaincre les ostariens qu'il était là en tant que réfugié et qu'il offrirait volontiers ses services comme officier militaire de haut-rang, la malle contenant ses uniformes, médailles et bâton de maréchal le prouvant. On lui assigna une demeure de montagnard à Mirnont. Il se doutait bien qu'on gardait un œil sur lui mais il savait aussi qu'on ferait difficilement impasse sur une personne qui a pas mal bourlingué dans l'Archipel et qui connaît son affaire. L’intuition lui susurrant délicieusement à l'oreille que les affaires ne tarderaient pas à reprendre.

_________________
Marc-Émile Sextius Frontin de la Tour d'Épines et Haute-Bellegarde
1er Comte de la Tour d'Epines
Chevalier de Haute-Bellegarde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Résidence de Marc-Émile Frontin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réclusion à perpétuité pour le bourreau du petit Marc
» Normandie : Jean-Marc Barr et Bruno Solo en tournage sur la côte aujourd'hui et demain...!!!
» Je me présente, je m'appelle Marc MORTREUX
» Je suis content de m'être accroché à mon rêve - Jean-Marc
» Jean-Marc DEBONNE nouveau Directeur central du service de santé des armées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ostaria - RPG Politique :: Régions & Communes :: Région de Bacapy :: Mirnont-
Sauter vers: